Indigènes

Publié le par Alban

Bonjour !

Lundi soir j'ai eu la chance d'assister à l'avant-première d'"Indigènes" de Rachid Bouchareb qui était en sélection au festival de Cannes 2006 et qui par ailleurs est reparti avec un prix d'interprétation masculine groupé pour ses 5 acteurs principaux. Un prix mérité. Analyse.


Synopsis : En 1943, alors que la France tente de se libérer de la domination nazie, le parcours de quatre "indigènes", soldats oubliés de la première armée française recrutée en Afrique. Abdelkader, Saïd, Messaoud et Yassin, réputés pour leur courage, sont envoyés en première ligne. Argent, amour pour la France ou pour l'armée française, foi en la liberté et l'égalité, leurs motivations divergent pour un même combat, libérer la France, les armes à la main.

Ma critique sera probablement courte tant il est assez difficile de parler de ce film dans les détails... Indigènes est un film sobre, beau, émouvant et aussi dur parfois sur l'incroyable parcours des "indigènes" soldats africains, recrutés dans les anciennes colonies françaises afin de venir servir de chair à canon pour libérer la France de l'occupation nazie...

Rachid Bouchareb signe un film d'une grande sobriété et qui a pour volonté de coller au plus près à la réalité et au récit des survivants. C'est ce qui fait la force du film. Ainsi, on suit le parcours de ces hommes engagés dans un conflit qui les dépasse afin de libérer un pays qu'ils n'ont jamais vu et qui n'est pas à proprement parler le leur. On partage leur quotidien et son lot d'injustices flagrantes : interdiction de certaines formes de nourriture à la cantine, racisme, courrier censuré, impossibilité de monter en grade alors qu'ils sont aussi méritants que les autres, si ce n'est plus.

La réalisation est très bien menée et particulièrement spectaculaire dans les scènes de bataille qui sont saississantes de vérité et qui nous plonge au coeur du conflit, au milieu de ces hommes, partageant avec eux la peur et l'incompréhension qui les as saisis. Mais indigènes ne serait pas une si belle réussite sans ses acteurs qui collent parfaitement à leurs rôles. Jamel Debbouze, Samy Nacéri, Roschdy Zem, Sami Bouajila et  Barnard Blancan sont formidables et méritent amplement leur prix d'interprétation masculine  remporté à Cannes cette année Ils sont incroyables de justesse, devenant leurs personnages à un tel point que l'on oublie toute prestation "comique" qu'ils ont pu fournir auparavant (on pense surtout à Jamel et Samy). L'émotion est donc à fleur de peau, constamment présente.

Le drame atteint son paroxysme dans un climax magistral suivi d'une fin très sobre, calme et remplie de sens, dans laquelle on voit que rien n'a changé pour les indigènes survivants. Impression renforcée par l'apparrition en surimpression sur un plan des tombes au dessus desquelles flotte un drapeau français, un texte nous informant que les pensions dues à ces soldats n'ont jamais été versées... et lorsqu'elles auraient dû l'être, leur échénace a été et est encore sans cesse repoussée. On ne peut imaginer plus grande injustice envers ceux sans qui la France n'aurait jamais pu être libérée.

Un film fort, poignant et avant tout nécessaire, dénonçant une énorme injustice et  faisant un beau travail de mémoire (rappellons que les indigènes sont absents des livres d'Histoire français...). En espérant que ce film aidera à faire bouger les choses. C'est bien tout le mal qu'on leur souhaite.

Publié dans Critiques de films

Commenter cet article

Hyewon 28/09/2006 01:16

Moi aussi ! Je veux regarder ce film !!!! Tu as de la chance !