Dans Paris

Publié le par Alban

Voici comme promis la critique de « Dans Paris » de Christophe Honoré.

 

Je ne vais pas m’éterniser je suis assez fatigué lol et demain faut se lever tôôôôt ! Enfin bref. Pour ne pas faillir à la tradition de ce blog grandiose voici l’affiche et le synopsis du film :

 


 

Synopsis :Dans Paris suit les aventures sentimentales de deux frères et dessine ainsi le portrait d'une famille dont la devise serait "Prends la peine d'ignorer la tristesse des tiens".

 

Je ne vais pas passer par quatre chemins : j’ai ADORE ce film. Il est tout simplement génial. Les acteurs sont formidables et moi qui d’habitude n’aime pas Louis Garrel je l’ai trouvé formidable dans ce film. Comme quoi il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis. Mais il ne faut pas oublier Romain Duris, utilisé à contre emploi ici (la dépression amoureuse) qui montre une part sombre de lui-même, un mec paumé et dans le doute que l’on n’avait peut être pas revu depuis « De battre mon cour s’est arrêté » de Jacques Audiard.

 

 Il ne faut surtout pas oublier Guy Marchand, acteur formidable et souvent mal employé (bouh à bas Nestor Burma !) qui livre ici une superbe composition toute en retenue. La courte apparition de Marie-France Pisier est aussi remarquable. Le duo Duris / Garrel fonctionne très bien à l’écran et l’humour est omniprésent dans le film. Le film est construit comme un vibrant hommage à la nouvelle vague française. On y trouve notamment dans le début un refus de conformité à la structure narrative « normale » d’un film. Ainsi lorsque Louis Garrel s’adresse directement à nous, spectateur, on est assez surpris. On l’est encore plus quand il corrige l’histoire en temps réel tel un narrateur à qui son histoire échappe. L’idée n’est peut-être pas claire mais voyez le film vous comprendrez.

 

Côté technique la lumière est belle, crue, et donne vraiment un aspect « nouvelle vague » au film. La réalisation est au service des personnages sans être absolument transcendante, elle sait néanmoins se faire discrète dans les moments d’émotions. Chouette quoi. Le scénario est assez bizarre mais dans lors que l’on se laisse prendre au jeu on est pris dans cette spirale narrative fabuleuse. La Bande originale du film est superbe (le titre de Kim Wilde en premier qui donne lieu à une nouvelle scène culte de Duris à Ooooooh ooooooh !) et on arrive vite à la fin où l’on en arrive nous aussi à se poser la même question que les personnages : l’amour peut-il vous mener à sauter d’un pont ?

 

Voilà je m’éparpille un peu mais je ne sais pas vraiment quoi dire de plus sur ce film. Il est une sorte d’expérience super agréable et divertissante portée par un trio masculin formidable. A quand le prochain Christophe Honoré ? Une chose est sûre, on l’attend déjà avec une grande impatience…

Publié dans Critiques de films

Commenter cet article

Alban 30/10/2006 08:10

Merci ;-)Yes I remember oliv' ;-)

oliv' 30/10/2006 01:18

salut,Le titre de kim wilde c'est "cambodia"voilaau fait on a vu le jour se lève ensemble...remember?