J'attends quelqu'un

Publié le par Alban

Bonjour,

Voici la critique de "j'attends quelqu'un" le troisième long-métrage de Jérôme Bonnell. Présentation.


Synopsis : Une petite ville... Père divorcé, patron de café, Louis éprouve pour Sabine plus que de l'affection. Ils se retrouvent souvent à l'hôtel, l'après-midi. Mais pour cela, il la paye. Elle a d'ailleurs d'autres clients... Secret, il ne confie sa peine à personne, même pas à sa soeur Agnès dont il est pourtant très proche. Celle-ci, institutrice, est mariée avec Jean-Philippe depuis longtemps. L'amour, la complicité et les années n'empêchent pas les mélancolies passagères. Un jour, Agnès croise Stéphane, un jeune homme qu'elle a connu enfant. Lui aussi transporte un lourd secret...

La mode est au film choral notamment dans le cinéma français. Après "Selon Charlie" de Nicole Garcia, "Ma place au soleil" (avec Nicole Garcia...) voici "J'attends quelqu'un" de Jérôme Bonnell. Cependant, ce dernier se démarque aisément des autres de par son traitement plus minimaliste et libre. Ainsi Jérôme Bonnell capte des tranches de vie, n'hésite pas à quitter certains personnages pendant un laps de temps assez important pour mieux le retrouver plus tard. Son cinéma capte la vie et la restitue presque d'une manière documentaire. Le film tire de ce fait toute sa force. Sous une mise en scène d'apparence minimaliste qui vogue et capte différents instants se cache une profonde subtilité d'écriture.

Jérôme Bonnell cherche la véracité, l'authenticité des situations, c'est pour cela qu'on ne retrouve ici aucun élan romanesque ce qui est loin d'être une critique. Ainsi, le film vacille entre comédie burlesque (plutôt au début) et  progresse lentement vers la mélancolie que renforce superbement cette douce mélodie au piano qui compose la bande originale. Le jeune réalisateur capture une suite d'instants tel un photographe, et laisse ses acteurs devlopper lentement leur jeu au fur et à mesure du film ce qui leur permet d'atteindre un état de grâce où ils sont touchants et émouvants, à fleur de peau.  On aimerait voir plus de films français avec une telle maîtrise. Jérôme Bonnell est un cinéaste dont le parcours est à suivre de près.

Publié dans Critiques de films

Commenter cet article