La cité interdite

Publié le par Alban

Bonjour,

Voici la critique de "La cité interdite" le nouveau film de Zhang Yimou. Présentation.


Synopsis : Chine, Xème siècle, Dynastie Tang. De retour à la Cité interdite après une longue absence, l'Empereur découvre qu'un complot se trame au coeur même de son palais. Les dangereuses alliances et les manipulations des conspirateurs n'ont qu'un seul but : prendre le pouvoir du plus grand Empire au monde. La trahison viendra de l'intérieur : une rébellion menée par la reine elle-même.

Zhang Yimou nous a habitué depuis deux films, "hero" et "le secret des poignards volants"  à des reconstitutions historiques  à la plastique exceptionnelle, à l'esthétique prodigieuse et à un scénario flirtant avec le drame shakespearien. Son nouvel opus, "La cité interdite" ne déroge pas à la règle.  On en prend  plein les yeux  et c'est rien de le dire.  On est proche de l'opéra visuel.  Point de duels  très esthétisés comme nous  y avait habitué le réalisateur dans les deux opus précédents , ici il n'y en a qu'un au début  puis les combats se retrouvent à la fin dans  un maelström visuel impressionnant où des milliers de figurants s'affrontent dans ce qui est le combat le plus impressionnant que j'ai vu à l'écran depuis celles du seigneur des anneaux (rapellons que les combattants étaient en 3D là par contre !).

Moins de combats donc pour mieux se concentrer sur une histoire de complot qui trouve sa source au sein de la famile royale. C'est une vraie tragédie shakespearienne qui se déroule devant nos yeux. A sa tête, une Gong Li impériale, qui déclenche un vrai flot d'émotions sans même prononcer un mot. Le talent de l'actrice prend ici toute son ampleur. Face à elle, Chow Yun-fat ne démérite pas en empereur tyrannique. La cité interdite est un film stylisé à l'extrême jusque dans sa mise en scène qui est à l'image de la teneur du film c'est à dire grandiose. On ne peut nier son plaisir face à une telle splendeur. La cité interdite est un régal alors pourquoi s'en priver ? 

Publié dans Critiques de films

Commenter cet article

Vincent 16/04/2007 08:24

J'ai beaucoup aimé. Sans Gong Li, le film ne serait pas le même !