Angel

Publié le par Alban

Bonjour,

Voici la critique d'"Angel", le nouveau film de François Ozon que j'avais découvert en avant-première en présence de ce dernier. Présentation.


Synopsis : Angleterre, 1905. Angel Deverell, jeune écrivain prodige, connaît une ascension fulgurante et réalise ainsi le rêve de toute jeune fille : succès, gloire et amour. Mais n'est-ce pas trop pour une seule femme ?

J'ai toujours  porté un très grand intérêt envers les films de François Ozon. Son dernier film, avant "Angel", "Le temps qui reste" a laissé un souvenir assez fort dans ma mémoire. C'est donc forcément avec impatience que j'attendais "Angel". Mais au final ce dernier fut pour moi une semi-déception (fruit d'une trop grande attente ?). Selon moi François Ozon signe ici un film déséquilibré. On peut clairement scinder le film en deux parties distinctes et très différentes : l'une retranscrivant l'ascension fulgurante d'Angel et l'autre sa lente déchéance.

Là où j'ai énormément accroché à la première partie qui s'attache certes peu à créer de l'empathie envers le personnage d'Angel, mais qui est pure jubilation, remplie de références aux mélodrames hollywoodiens des années 50. Ca sent bon le kitsch, c'est totalement assumé et ça prend toute son ampleur dans une scène de baiser sous la pluie summum de romantisme dégoulinant auquel renvoie le rose bonbon du titre. Malheureusement tout cela s'efface dans une deuxième partie beaucoup plus sombre et sérieuse (ce qui n'en est pas moins intéressant loin de là) mais le temps semble bien long et l'on finit par s'ennuyer. L'action se répète, Angel nous énerve elle s'efface au profit du personnage de son mari.

Mais le film n'est pas sans qualités, la reconstitution historique est exemplaire. Le travail sur les costumes, les décors et le soin apporté au travail de l'image fournissent un plaisir visuel indéniable. La mise en scène est totalement en phase avec le propos tenu mais ne revêt aucun caractère réellement remarquable. Mais il faut avouer que quelque part la magie opère quand même. Peut-être est-ce grâce à la prestation subtile et inspirée de Romola Garaï. Rien à redire par ailleurs sur le reste du casting qui est haut en couleurs, on regrettera la présence si peu importante de Charlotte Rampling. "Angel" est donc un film ambitieux mais inégal.
 

Publié dans Critiques de films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

moun 06/04/2007 18:45

je vois que comme tu mel'avais dis ce film ne t'a pas exceptionnellement plût. Tans pis .Biz.