Nue propriété

Publié le par Alban

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, place à la critique d'un film belge qui était en sélection à la 63ème mostra de Venise cette année. J'ai nommé "Nue propriété" de Joachim Lafosse. Présentation.


Synopsis : Quand leur mère décide de vendre la maison familiale, Thierry et François réalisent qu'ils vont devoir vivre leur vie d'adulte. Leur relation fusionnelle va alors se transformer en guerre fratricide sous les yeux impuissants de leur mère.

Premier film réalisé par Joachim Lafosse à sortir en France (espèrons que ce n'est que le début), "Nue propriété" possède un casting plus qu'intéressant. Isabelle Huppert, immense actrice (par le talent), et les frères Renier pour les têtes d'affiche. Tout ce beau petit monde forme à l'écran une famille. Cette famille, nous partageons son quotidien de manière forcée, presque voyeuriste dans une forme se rapprochant parfois du documentaire. En effet, Joachim Lafosse nous plonge au coeur de leur quotidien et ce, dès le premier plan du film où l'on peut déjà sentir qu'un malaise plane. L'utilisation du plan fixe, qui possède une certaine durée (souvent longue) renforce cette sensation de malaise, nous forçant à regarder les évènements en face.

Ajoutez à cela l'absence de musique excepté dans le plan final qui tranche avec le reste du film : plan en mouvement sur une musique stridente et violente d'une grande puissance. Cela s'explique par le paroxysme du drame qui a été atteint. On assiste donc à la lente décomposition d'une famille monoparentale (les parents sont divorcés et le père a refait sa vie, même si ce dernier se mêle encore des affaires de la maison) où les rôles se brouillent : la mère étant dépassée par les évènements, voulant redémarrer une nouvelle vie, les enfants voulant asseoir une autorité parentale sur leur mère qu'ils "enferment", fause autorité qui ne sert qu'à masquer leur manque de maturité et leur impossibilité et peur de passer à l'âge adulte.

Quand la mère part, excédée et largement dépassée par les évènements, rien ne s'arrange bien au contraire. Et cela finira mal bien entendu. Il ne restera aux parents qu'à constater l'ampleur des dégâts d'une situation à laquelle ils pensaient ne jamais avoir à faire face. "ça n'a pas marché c'est tout" déclare alors le père avant de ramasser les morceaux (au sens propre comme au figuré) de la famille (belle métaphore de la table brisée) à défaut de pouvoir les recoller. Le seul moment partagé étant le drame. Joachim Lafosse signe ici un film puissant et fortement empreint d'une sensation de réel ce qui le rend terrifiant. Une réussite également due à l'alchimie complexe entre le trio d'acteurs principaux, mention spéciale à une Isabelle Huppert inspirée qui passe par de multiples états au cours du même film. Décidément, son talent n'est vraiment plus à prouver.
Un film à voir.

Publié dans Critiques de films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article