Le dahlia noir

Publié le par Alban

Bonjour à tous !

Hier soir je suis allé (enfin) découvrir le nouveau film de Brian de Palma, réalisateur dont j'ai commencé l'étude en panorama des cinéastes (quel heureux hasard ! lol). J'étais forcément très impatient sachant que l'adaptation d'un roman de James Ellroy n'est pas une mince affaire mais aussi et surtout car Scarlett et Hilary étaient à l'affiche ! Ca ne pouvait promettre que du bon. Et pourtant... bilan mitigé ! Pourquoi ? La réponse après la présentation du film :


Synopsis : Dans les années 40, à Los Angeles, Bucky et Lee, deux inspecteurs, s'attaquent à une affaire de meurtre particulièrement difficile. Une starlette, Elizabeth Short, a été découverte atrocement mutilée. Sa beauté et sa fin tragique deviennent les sujets de conversation de toute la ville. Certains sont prêts à tout pour en tirer bénéfice... ou cacher leurs secrets. Quels étaient les liens de la victime avec la puissante famille Linscott ? Que vivait-elle dans son intimité ? Et avec qui ? Au-delà des apparences, l'enquête commence...

N'adapte pas James Ellroy qui veut, mais ça tombe bien Brian de Palma n'est pas n'importe qui. Il est d'ailleurs connu pour avoir un style très particulier auquel on accroche ou bien pas du tout. Une chose est sûre au moins, Brian de Palma (BdP pour les intimes) ne laisse pas indifférent. C'est une nouvelle fois le cas avec cette adaptation du roman phare de James Ellroy : "Le Dahlia noir". Il y a de très bons côtés dans le "Dahlia noir" comme il y en a aussi des mauvais...

Partons de l'essentiel, la mise en scène. Brian de Palma s'affirme une nouvelle fois en tant que pur formaliste, c'est à dire qu'il est un cinéaste de la forme. Rien dans sa mise en sène n'est laissé au hasard et cela donne lieu à de superbes scènes. je pense notamment au formidable plan séquence lorsque la femme découvre le cadavre de Betty Short et que l'on revient sur Baxter fish dans un mouvement de grue hallucinant au timing parfait. Autre scène marquante : le meutre de Lee Blanchard, où l'importance et le travail de la lumière sont excellents, le jeu des sons parfait et la mise en scène incroyablement menée. Rien à redire, BdP est un putain de réalisateur. Il rend par ailleurs un superbe hommage au cinéma des années 40.

Le travail sur la lumière est énorme et colle parfaitement à l'ambiance "film noir" même si le film est au final relativement inclassable. BdP utilise les clichés afin de mieux les déjouer et filme ses actrices comme jamais. Leur dimension glamour envahissant l'écran et vous hantant bien après la séance. Mention spéciale à Scarlett Johansson et surtout à Hilary Swank superbe en femme fatale. Les actrices sont vraiment très glamour et leur interprétation est de haut niveau.

Là où ça coince un peu plus c'est au niveau des interprétations maculines et plus particulièrement celle de Josh Hartnett qui est selon moi loin d'être à la hauteur... j'aimerais savoir ce qui a motivé De palma pour le prendre... Autre bémol du film la fin très confuse qui multiplie les pistes et les révélations en un minimum de temps... pas facile de ne pas rester sur la touche devant ce flot d'infos lâchées à une vitesse phénoménale... On a aussi énormément de mal à placer un visage sur les noms révélés. Du coup on est un peu perdus et c'est pas top. Le problème se situant ici au niveau du scénario. Je ne sais pas s'il en est de même dans le livre (je l'ai mais je ne l'ai pas encore lu).

Pour conclure je dirais que malgré ces bémols, le "Dahlia noir" est tout de même un film réussi et sérieusement bien lotti au niveau de sa réalisation. De palma se réaffirme (mais en avait-il vraiment besoin ?) comme un auteur et un cinéaste hors norme.

Publié dans Critiques de films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Milka 14/11/2006 22:43

Coucou,
je l'ai vu aussi, et j'ai à peu près le même bilan que toi :).
Enfin bon, c'est quand même pas mal.

moun 12/11/2006 20:24

je vois qu'il n'est pas si bien que çà enfin si pour les actrices, mais bon.Biz.