The host

Publié le par Alban

Bonjour à tous !

Hier soir, en bon fan de cinéma coréen que je suis, je me suis rendu à l'avant-première de "The host" le nouveau film de Bong Joon-ho, réalisateur de "Memories of murder". Pour l'occasion il était là et a mené un débat sur son film après la projection. Le récit de tout cela après la présentation habituelle :


Synopsis : A Séoul, Park Hee-bong tient un petit snack au bord de la rivière Han où il vit avec les siens. Il y a son fils aîné, l'immature Gang-du, sa fille Nam-joo, une championne malchanceuse de tir à l'arc, et Nam-il, son fils cadet éternellement au chômage. Tous idolâtrent la petite Hyun-seo, la fille unique de Gang-du.Un jour, un monstre géant et inconnu jusqu'à présent, surgit des profondeurs de la rivière. Quand la créature atteint les berges, elle se met à piétiner et attaquer la foule sauvagement, détruisant tout sur son passage.Le snack démoli, Gang-du tente de s'enfuir avec sa fille, mais il la perd dans la foule paniquée. Quand il l'aperçoit enfin, Hyun-seo est en train de se faire enlever par le monstre qui disparaît, en emportant la fillette au fond de la rivière.La famille Park décide alors de partir en croisade contre le monstre, pour retrouver Hyun-seo...

Avant-hier soir direction l'UGC ciné-cité des Halles avec Vincent et Adeline pour découvrir en avant première (15 jours avant) le nouveau film de Bong Joon-ho. Impatience, effervescence... Et forcément c'était un grand moment ! Le film est absolument fabuleux.

La mise en scène de Bong Joon-ho est une nouvelle fois virtuose. Elle s'améliore même. C'est son troisième long-métrage et Bong Joon-ho a reçu un accueil incroyable en corée où il a été en tête du box office pendant plusieurs semaines. Ce n'est pas étonnant au vu des nombreuses qualités de ce film, que l'on peut lire sous bien des angles. En effet, la règle voudrait que les films de genre ne soit pas des films d'auteurs en règle générale (c'est une idée reçue bien ancrée dans l'inconscient collectif...) mais en ce moment le contraire est démontré : Le labyrinthe de pan, Le dahlia noir, The host... tous sont des films d'auteurs avant d'être des films de genre. Un exercice superbe. Comme quoi les préjugés...

Mais repartons sur The host. Sous ses airs de film d'horreur et de monstre, The host cache des messages politiques et écologiques forts et est surtout un hommage à la bravoure du peuple coréen. Le début du film insiste particulièrement sur son angle écologique mais très vite avec la scène du patron sautant dans la rivière Han on comprends que le message écolo n'est pas le seul. Il faut comprendre ce film comme un miroir de la crise économique coréenne due aux Américains. Américains que l'on retrouve beaucoup dans le film et qui sont vivements critiqués (avec justesse) mais jamais gratuitement et avec une grande subtilité.

La créature du film est absolument superbe dans sa monstruosité et pour un peu on la jugerait réelle. L'humour noir est présent tout le long du film et ne nuit absolument pas au sujet et aux messages portés par ce dernier. Bien au contraire, ce mélange des genres donne encore plus de puissance au film et garde le spectateur happé par le récit, scotché à son fauteuil jusqu'au générique final. Vous l'aurez compris seul, The host est un film exemplaire, un nouveau petit bijou du cinéma coréen. Le cinéma mondial n'a jamais été aussi bon que lorsqu'il vient de l'Orient.

Suite à la projection Mr Bong Joon-ho est venu débattre avec le public. C'était sa première avant-première parisienne et il était enchanté d'être là. Pendant près d'une heure il a répondu aux questions (plus ou moins pertinentes) des spectateurs avec sympathie et humour. J'ai appris ainsi deux mini scoops concernant le cinéma coréen. 1 bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise c'est que l'adaptation de la BD française "Transperceneige" qui sera produite par Park Chan-Wook et réalisée par Bong Joon-ho ne sera pas en tournage avant 2009 ou 2010...

La bonne c'est que Kim Ki-Duk tourne actuellement son nouveau film (après "Time" qui débarque sur nos écrans le 31 janvier 2007) en collaboration avec les chinois et on retrouvera en interprète principal Mr Chang Chen qui était à l'affiche de Tigre et dragon, Three times et autres bombes. Ca s'annonce plutôt bien !

Je termine en vous laissant deux photos de Bong Joon-ho prises lors du débat avec le public. Enjoy !


Publié dans Critiques de films

Commenter cet article

Hyewon 14/11/2006 01:07

Hehe. J'aime bien ce film aussi. Et Alban, supprime des conneries sur les commentaires, stp. C'est nimp. :)

boobool 11/11/2006 16:31

ché pa ki t MISHIMA mé tu fais chier à parasiter ce blog, fé nous le plaisir de te casser au lieu de foutre des com débiles qui interessent personne.