The Queen

Publié le par Alban

Bonjour à tous !

Après "Mala Noche" je me suis précipité au Mk2 Nation afin de voir "The queen", le dernier film de Stephen Frears qui a remporté le prix d'interprétation féminine et le prix du scénario au 63ème festival de Venise cette année. Mon attente éait donc grande et je dois dire que je suis loin d'être déçu ! Critique plus approfondie après la sempiternelle présentation !


Synopsis : Dimanche 31 août 1997. La princesse Diana meurt des suites d'un accident de voiture survenu sous le pont de l'Alma à Paris. Si cette disparition plonge la planète dans la stupeur, elle provoque en Grande-Bretagne un désarroi sans précédent.Alors qu'une vague d'émotion et de chagrin submerge le pays, Tony Blair, élu à une écrasante majorité au mois de mai précédent, sent instantanément que quelque chose est en train de se passer, comme si le pays tout entier avait perdu une soeur, une mère ou une fille.Au château de Balmoral en Ecosse, Elizabeth II reste silencieuse, distante, apparemment indifférente.Désemparée par la réaction des Britanniques, elle ne comprend pas l'onde de choc qui ébranle le pays. Pour Tony Blair, il appartient aux dirigeants de réconforter la nation meurtrie et il lui faut absolument trouver le moyen de rapprocher la reine de ses sujets éplorés.

On pouvait s'attendre à tout avec le nouveau film de Stephen Frears. A tout sauf à ce qui nous a été donné. A savoir, un des meilleurs films de l'année ! Et je pèse mes mots ! Il faut dire que le sujet de départ était casse-gueule à souhait : la (non) gestion de la mort de Diana par la famille royale et la reine en particulier. Un sujet délicat et choc qui aurait pu donner lieu à de nombreuses interprétations faussées des évènements. Ici, il n'en est rien ! En effet, Stephen Frears s'est remarquablement bien renseigné sur ce qui s'est passé et nous rend une copie honnête et équilibrée.

Je m'explique. Le film pouvait laisser 2 choix à son réalisateur : prendre le parti de la reine ou justement prendre un contre-parti de cette dernière. En plus simple on était soit du côté monarchiste ou soit du côté anti-monarchiste. La grande intelligence du film de Stephen Frears est qu'il se situe dans les 2 camps à la fois. Dans la première partie du film nous sommes plus concentrés sur une vue anti-monarchiste car nous sommes choqués par les choix et la non réaction de la reine face à un évènement majeur pour son peuple. Puis au milieu du film tout bascule et de manière formidablement naturelle : on explore ainsi la psychologie de la reine et on nous explique avec brio ses états d'âme et la source de ses choix. On se prend alors d'une grande empathie pour ce personnage que l'on jugeait, désapprouvait et détestait presque dans la première partie. Brillant !

C'est de cet équilibre que "The queen" tire sa plus grande qualité. La formidable interprétation d'Helen Mirren (méconnaissable) qui rajoute une dimension psychologique et émotionnelle complexe à son personnage, illumine le film de part en part et restera gravée dans nos mémoires pour longtemps. En ce sens , l'ensemble du casting est incroyablement choisi : leur ressemblance avec les personnages qu'ils sont sensés interpréter est flagrante et qui plus est ils livrent tous sans exception une prestation excellente.

Le prix du scénario obtenu à Venise est, au même titre que le prix d'interprétation féminine, amplement mérité. L'incroyable gestion et respect du sujet, le brio des dialogues et la touche d'humour très british présente tout au long du film et sachant se faire discrète quand il le faut, sont formidables. Une pure réussite.

Niveau réalisation rien à redire. Le tout reste classique sans verser dans le déja vu. Les choix artistiques sont très intéressants et parfois très osés et très réussis (je pense notamment à la reconstitution de l'accident du pont de l'Alma). Le montage du film est une merveille : Un montage parallèle entre images d'archives et fiction qui donne au sujet toute sa puissance. La lumière du film est bonne. Enfin un grand chapeau au chef décorateur et au costumier qui ont du travailler d'arrache pied pour donner des reconstitutions aussi réalistes des lieux et vêtements.

Bref pour conclure, rien à redire. "The queen" est un film sobre et poignant, qui nous montre que quelque soit le pouvoir que l'on a, nous restons toujours nous même face aux pires évènements, avec nos forces et nos faiblesses, mais aussi avec nos choix et leurs conséquences. Mesdames et messieurs, précipitez vous au cinéma car vous tenez ici un des films les plus brillants de l'année.

Publié dans Critiques de films

Commenter cet article

Vincent 27/10/2006 22:05

Je suis revenu le voir une deuxième fois... c'est dire s'il est bien !

Esprit Critique 24/10/2006 22:14

D'accord aussi, c'est un film subtil, brillant et captivant.

Vincent 23/10/2006 00:35

Tout à fait d'accord avec toi, ce film est un des meilleurs de l'année 2006 ! Ne le loupez pas ! C'est un des meilleurs Stephen Frears !