Quand j'étais chanteur

Publié le par Alban

Bonjour à tous,

Voici comme promis la critique du deuxième film que j'ai vu dimanche soir à savoir "Quand j'étais chanteur" de Xavier Giannoli qui était en compétition officielle au festival de Cannes 2006. Présentation.


Synopsis : Aujourd'hui, la rencontre d'un chanteur de bal et d'une jeune femme...

Synopsis court pour film d'une grande intensité. "Quand j'étais chanteur", troisième film de Xavier giannoli après "Les corps impatients" et "Une aventure" est un grand film d'acteurs avec de grands acteurs. On retrouve ainsi au casting Mathieu Amalric, Cécile de France et Gérard Depardieu. C'est un hommage à ce dernier, que Xavier Giannoli a voulu passer à travers ce film et autant vous dire que c'est mission accomplie à 100%.

En effet on découvre un Gérard Depardieu simple, immense acteur, voix d'or de la chanson du bal. Il est parfait dans le rôle de personnage ringard un peu paumé qui va trouver une nouvelle raison de vivre et retrouver sa passion au contact de la belle Cécile de france qui décroche ici son premier grand rôle de femme mûre, troublée et perdue. C'est la détresse de chacun de ces personnages qui les rapprochent et qui donne au film son incroyable puissance.

Le film est en tout point magnifique. La psychologie des personnages est très bien développée et exploitée au mieux au cours de l'histoire. On est ému, bouleversé lors des scènes de confrontations entre Gérard et Cécile. Il l'aime, elle ne sait pas où elle en est. Ils se sentent bien ensemble et ils vérifient l'adage qui veut que "l'on sait si on tient à quelqu'un si on peut rester avec lui un moment dans la même pièce dans un parfait silence et cela sans s'ennuyer". C'est une véritable alchimie qui s'opère sous nos yeux entre ces 2 grands acteurs.

La puissance de l'image est exploitée au maximum et l'absence de dialogues est la bienvenue dans certaines scènes où le simple fait de voir nos deux personnages en silence fait monter une émotion et est beaucoup plus significative que de grandes tirades. Le jeu des acteurs y est aussi pour beaucoup. La grande puissance de ce film ce sont les non-dits, le sens implicite des dialogues banals qu'échangent les personnages et l'on sent notre coeur chavirer lorsque Cécile de France déclare "J'ai jamais rencontré quelqu'un comme vous" instant magique volé au temps qui passe pour Alain plus vite que pour la jeune femme.

On s'aime on se déchire on est perdus on se retrouve et finalement on s'aide en s'aimant sans rien se dire comme si une communication télépathique existait entre eux deux; Pas besoin de se parler, on se connaît mieux que quiconque on apprécie juste d'être là, on se comprend car nous sommes pareils. Tout ceci se confirme dans la superbe scène de fin du film ou une fois de plus les images parlent bien mieux que les mots ne le feraient. On ressort de "Quand j'étais chanteur" changé par cette aventure qui en surprendra plus d'un.

Filez donc le voir !!! Vous ne le regretterez pas... parole de cinéphile ;-)

Publié dans Critiques de films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Julie 21/09/2006 23:43

Gérard est un sacré personnage. Et il arrive encore à nous surprendre ^^