Flandres

Publié le par Alban

Voilà c'est le big come back sur mon blog... Il était largement temps de le mettre à jour ! Après une semaine de tournage délurée (lol) il ets temps de rattrapper le retard pris avec une nouvelle série d'articles sur le blog concernant films, ESEC et bien sûr mon tournage et sa couverture médiatique !!! La vie est pleine de surprises n'est ce pas ?

On commence donc la série avec un article concernant le film ayant obtenu le Grand prix au festival de Cannes 2006 et nouveau film de Bruno Dumont : "Flandres".


Synopsis : De nos jours, dans les Flandres, Demester et de jeunes gars du pays partent soldats dans un conflit lointain. Amoureux de la jeune Barbe, Demester supportait ses moeurs étranges et ses amants.Attendant les soldats, seule en Flandres, Barbe dépérit. Face à ce conflit, Demester se transforme en guerrier. Tragiquement, la guerre exacerbera les sentiments et les liens de ces deux êtres, les menant aux extrémités de leur condition.

Ce nouveau film de Bruno Dumont était mon premier de ce cinéaste de réputation difficile... Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il m'a dérouté. Le film est très simple tout en étant  d'une étrange complexité et on ne sait pas quoi penser tout du long... On est souvent divisé entre ennui, exaltation, peur... Des émotions fortes. Car le film ne laisse pas de bois. C'est dans sa forme épurée que le film tire sa puissance. En effet, le cinéma de Bruno Dumont est un cinéma viscéral qui se vit avec ses tripes plus qu'avec son cerveau.

Mais il ne faut pas imaginer que notre cerveau ne sera pas lui aussi mis à contribution. Car Flandres est un film qui a pour vocation de nous faire réfléchir. Réfléchior sur  la condition humaine, la guerre,  le sexe,  et le rapport des Hommes à tout cela.  Flandres est un miroir dérangeant,  jamais déformant,  nous mettant à nus . Ce qui fait de Flandres un film détonant, dérangeant et puissant. Flandres est une expérience dont on ressort sous le choc, en n'étant pas sûr d'avoir tout saisi mais en étant conscient d'avoir vécu quelque chose de très particulier.

On se plaît alors à détester les personnages, ne pas comprendre leurs choix. Puis on les aime car finalement on comprends leur choix et leurs rapports au sexe et à la violence car ces personnages sont avant tout prisonniers de leur condition d'êtres humains. C'est sur ce point commun avec eux que le film se base. On passe ainsi de l'antipathie à la sympathie naturellement.

Le film se compose de 2 parties les Flandres et la guerre. La séquence de guerre dans le désert est très éprouvante, filmée avec un grand réalisme et n'est pas sans évoquer des guerres récentes... Le retour en Flandres nous change comme il change nos personnages, les poussant à l'extrêmité de leur condition il les mène à se retrouver eux mêmes et à identifier ce qu'ils sont et ce qu'ils veulent comme si un Homme n'avait pas conscience qu'il en est un avant d'avoir fait l'expérience des limites de sa propre condition, au risque de provoquer sa propre perte.

Pour résumer, Flandres est un film très spécial, réservé à un public averti et n'ayant pas peur de vivre une expérience intense et troublante. Flandres est un choc et c'est ce qui le rend indispensable. Un grand prix contestable mais qui est quelque part mérité. Flandres est un objet d'art, un objet rare tel qu'on aimerait en voir plus souvent.

Publié dans Critiques de films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article