Die Hard 4 : Retour en enfer

Publié le par Alban

Bonjour à tous !

L’été est une période propice aux diverses fêtes nationales qui s’accompagnent conjointement de la sortie au cinéma de gros blockbusters à visée divertissante histoire de ne pas se prendre la tête, après tout c’est les vacances. Voilà comment résumer un peu la ligne directrice du marketing de la sortie de ce quatrième opus des « Die hard », sorti le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine (Le fameux « Independance day », souvenez vous d’ailleurs le film éponyme était sorti… un 4 juillet. Il n’y a pas de hasard). Présentation.

 die-hard-4-affiche.jpg

Synopsis : Pour sa quatrième aventure, l'inspecteur John McClane se trouve confronté à un nouveau genre de terrorisme. Le réseau informatique national qui contrôle absolument toutes les communications, les transports et l'énergie des Etats-Unis, est détruit de façon systématique, plongeant le pays dans le chaos. Le cerveau qui est derrière le complot a tout calculé à la perfection. Ou presque... Il n'avait pas prévu McClane, un flic de la vieille école qui connait deux ou trois trucs efficaces pour déjouer les attaques terroristes.


die-hard-4-2.jpg

Action et humour sont les deux composants principaux de ce nouveau volet des aventures de John McClane qui a décidément la mauvaise habitude de se trouver « au mauvais endroit, au mauvais moment » comme nous l’indiquait déjà l’affiche du film. Ce sont par ailleurs ces deux composants qui ont rendu la saga culte ainsi que la présence de Bruce Willis, qui ici retrouve le feu qui l’animait auparavant et opère un retour flamboyant à l’écran. Il a peut-être vieilli mais cela ne nuit en aucun cas au personnage, bien au contraire. Ce que les scénaristes se sont bien chargés de prendre en compte confrontant les méthodes cybernétiques et pointues des terroristes face à la manière « old school » de McClane.


die-hard-4-3.jpg

Le film bénéficie d’un très bon rythme et est très spectaculaire. Cet opus brille d’ailleurs par son énergie. Les 2h20 de spectacle soutenu nous tiennent en haleine jusqu’à un final en apothéose qui reste une des scènes d’actions les plus impressionnantes (mais aussi les moins « réalistes») qu’il m’ait été donné de voir jusqu’alors. Si l’on met de côté le caractère parfois un peu tordu des faits présentés (détruire un hélicoptère avec une voiture par un « tir » extrêmement précis) le scénario tient bien la route et reprend en droite ligne les obsessions américaines que l’on pouvait retrouver lors des années 80, période Reaganienne où était sorti « Piège de cristal ».


die-hard-4-4.jpg

Ici l’on tente de renouer avec ses grands thèmes : crainte des Etats-Unis d’une attaque sur leur propre territoire, ici une attaque « virtuelle » qui ramène le pays à l’ « âge de pierre » et qui pousse donc à un retour aux sources du héros, retour aux bonnes vieilles méthodes dont McClane est familier ce qui préfigure son succès final (ce n’est pas vraiment une surprise). La figure paternelle de l’homme viril et guerrier mais aussi père, qui (ré)apprend à le devenir pour de bon est une autre caractéristique de la période Reaganienne que l’on retrouve ici à l’écran.


die-hard-4-1.jpg

En somme, et pour résumer, on prend les mêmes et on recommence tout en prenant soin de bien inclure ceci dans une structure rythmée et sans oublier d’innover : je pense ici à l’ingénieuse idée du message de terreur prodigué par un montage vidéo astucieux des divers présidents US de ces dernières années. A la réalisation, Len Wiseman s’efforce de nous livrer un divertissement honnête tout en s’inscrivant dans la lignée des trois opus précédent. Et même si ce quatrième volet ne se hisse pas à la hauteur des précédents et notamment du premier (n’est pas John McTiernan qui veut…) on ne peut nier le fait qu’on passe un bon moment d’action pure et dure et que l’on retrouve avec joie le personnage de John McClane et ses « punchlines » (comprenez « répliques assassines ») du tonnerre. Ce dernier n’est définitivement pas encore enterré !

Note : 3,5/5

Un bon divertissement gonflé de scènes d’action prodigieuses le tout servi avec un rythme soutenu. Pas un grand film mais une suite qui tient la route. Pour le plaisir de voir Bruce Willis réincarner un John McClane plus efficace que jamais. Yipee-Ki-Yay !

 

Publié dans Critiques de films

Commenter cet article

Jojo 27/07/2007 17:45

Mais qu'il veillit bien ce cher Bruce...
Un plaisir de le voir plein de sueur... ahem, excusez moi, je m'égare!
Tout ça pour vous dire, que si vous contiez aller au futuroscope cet été, allez plutôt voir Die Hard 4 pour vous en prendre plein la vue! Un film pour lequel crever l'écran prend tout son sens. J'ai bien cru me prendre un hélicoptère encastré dans une voiture en pleine tête!!