Ocean's thirteen de Steven Soderbergh

Publié le par Alban

Bonjour à tous !

Voici venu le temps de vous faire part de ma critique d’ « Ocean’s Thirteen », troisième et, espérons, dernier volet de la saga.

Synopsis : Douce vengeance sous le ciel de Las Vegas... Danny Ocean et sa bande ne pouvaient avoir qu'un seul motif pour tenter leur braquage le plus audiacieux à ce jour : sauver un des leurs. Mais la chance ne suffit pas toujours lorsque l'on veut faire sauter "The Bank"... Le cruel propriétaire de casino Willy Bank ne s'attendait pas à une telle riposte lorsqu'il trahit en envoya l'ami et mentor de Danny, Reuben Tishkoff. Mauvais, très mauvais calcul, car Danny rameute ses fidèles complices pour infliger à Bank un châtiment exemplaire le soir de l'inauguration de son nouveau casino, The Bank.

oceans-thirteen-1.jpg

Drôle de surprise que ce troisième volet de la saga Danny Ocean… On a ici l’impression d’un vague remake non inspiré des deux premiers volets qui seraient synthétisés en un seul. Le réalisateur repose trop sur ses lauriers ici et mise tout sur la star attitude de son casting une nouvelle fois quatre étoiles qui contre toute attente ne procure pas la sensation attendue. Malheureusement ce n’est pas l’arrivée de l’excellent Al Pacino, ici clairement sous-exploité, qui arrive à rehausser le tout. La mise en scène et le montage de Soderbergh sont peu inspirés et par conséquent peu inspirants : transitions «originales» et surtout décalées, dignes d’un logiciel de montage amateur, usage abusif et trop marqué du zoom et retour des différentes variantes de couleurs de lumière très affectionnées par Soderbergh (souvenez vous de l’excellent « Traffic » et de l’étrange « Bubble »).

 
oceans-thirteen-2.jpg

Heureusement le film réserve malgré tout quelques moments de grâce mais qui ne suffisent pas à le sauver de son échec général. Ce n’est pas non plus son début « in medias res » (« au milieu de la chose » c'est-à-dire qui place le spectateur directement au cœur d’une action en cours) qui nous ménage un ennui qui se ressent dès le début du film et qui ne fait que s’étirer tout au long des deux longues heures de projection.  L’humour qui a fait le succès de la saga est ici parfois assez réussi mais ne provoque pas le divertissement attendu, il résonne un peu en creux… Il faut dire aussi que toutes les bonnes blagues avaient été grillées dès la bande-annonce alors forcément dans ces conditions…

 

Note : 1/5

 

On attendait mieux de Soderbergh qu’une suite aussi peu inspirée qui ressemble à une arnaque montée par le gang de Danny Ocean afin de nous soutirer notre argent… Un troisième volet faiblard qui clôt une saga  qui était de toute manière en perte de vitesse dès son deuxième volet.

Publié dans Critiques de films

Commenter cet article