La faille

Publié le par Alban

Bonjour à tous !

L’article du jour est la critique de « La faille » de Gregory Hosbilt. Bonne lecture.

la-faille-affiche.jpg

Synopsis : Lorsque Ted Crawford découvre que sa jeune épouse le trompe, il décide de la tuer... mais en mettant au point le crime parfait. Alors que la police arrive sur les lieux du drame, l'inspecteur Rob Nunally a deux surprises : la victime n'est pas morte, et c'est la femme avec laquelle il avait une liaison... Avec Crawford, qui a avoué la tentative d'homicide, Willy Beachum, un ambitieux procureur adjoint, sur le point d'intégrer un prestigieux cabinet d'avocats, se voit confier cette dernière affaire. Mais dans la partie qui s'annonce, rien n'est aussi évident qu'il y paraît. Dans un redoutable jeu de manipulation, l'affaire va tourner à la confrontation de deux hommes qui ont chacun besoin de la défaite de l'autre pour servir leur plan... Entre mensonges et ambition, entre faux-semblants et orgueil, l'affrontement va aller bien au-delà de ce que chacun avait prévu...

La mode avait passé et elle est maintenant de retour : Comment commettre le crime parfait ? Question obsessionnelle dans beaucoup de films qui nous montraient qu’un tel crime n’existe pas, qu’il y a toujours une faille, un petit détail auquel on n’a pas pensé et qui change toute la donne. Voilà le point de départ de « La faille ». Tout est contenu dans le titre à vrai dire, on peut d’ores et déjà prédire que le méchant monsieur très intelligent sera mis sous les verrous par notre gentil avocat et golden boy qui plus est. Classique : le crime ne paie pas c’est bien connu.

 

A vouloir jouer la carte de l’intelligence et tellement sûr du brio de son intrigue, les scénaristes (ils étaient deux tout de même) et le réalisateur insultent presque le bon sens du spectateur. Dommage que le manque de confiance en l’intelligence du spectateur entraîne une telle lourdeur de moyens et de répétitions pour nous faire comprendre ce que l’on a déjà compris bien avant… Ces messieurs ont péché par orgueil, trop sûrs de la complexité de leur intrigue.

 la-faille-2.jpg

Malheureusement nous découvrons bien vite où se situe la faille tant elle est nous est presque servie sur un plateau par contre notre personnage principal d’avocat rame comme pas possible pour la trouver cette faille. Ironie dramatique ? Probablement mais pas volontaire et qui gâche toute surprise et tout plaisir qui y est lié. Ne nous reste qu’à découvrir le (pas si subtil) tour de passe-passe de l’avocat pour inculper Ted à la fin. A vrai dire c’est tellement invraisemblable et tardif que l’on s’en fiche un peu.

 

L’intrigue est complexe certes car elle multiplie trop les personnages secondaires, s’attardant trop sur eux pour de toute évidence rallonger une intrigue qui aurait été un peu trop limite sans ce choix scénaristique qui au final ne sert pas à grand-chose, ça traîne en longueur ça et alourdit le propos. Ajoutez à cela une mise en scène plate et linéaire qui concentre ses efforts sur des effets de lumière parfois intéressants mais souvent futiles. Mais alors y-a-t-il quelque chose à sauver dans ce film ?

 la-faille-1.jpg

La réponse est… oui. Il y avait autant de suspense que dans le film croyez moi (à l’exception d’une scène et encore…). Le seul point positif du film c’est bien évidemment Anthony Hopkins, toujours parfait avec son petit air sadique. Il nous rappelle Hannibal Lecter personnage qu’il a rendu culte et qui lui colle à la peau. Probablement que le réalisateur a voulu jouer de cette image ici. Ca ne marche pas vraiment même si Hopkins est parfait. A ses côtés Ryan Gosling se débat comme il peut et en fait trop dans le style « avocat torturé ». Quand à la charmante Rosamund Pike elle ravira plus d’un spectateur mais pas forcément pour son jeu. Sans commentaires. 

 

Note : 1/5

 

On a vu largement mieux dans le genre. Anthony Hopkins est le seul point positif mais ça ne suffit pas à convaincre et à combler les failles d’un scénario qui se voulait intello et qui rate son objectif. Un beau ratage.

 

Publié dans Critiques de films

Commenter cet article

Mo. 04/06/2007 12:46

Le jeu d'hopkins est extra-ordinaire, il fait encore plus psychopate que dans le silence des agneaux !!!
A part le jeune avocat, j'ai trouvé que la performance de chacun était assez bonne dans l'ensemble.

l'histoire est bien tenue, intrigante, on se demande comment ca va se finir.
le scénario faisait assez sombre, j'ai été décue des 10 minutes de la fin qui donne une impression de rajoutée... Faire un "happy end".
J'aurai bien voulu qu'il s'en sorte !!

- ca a rien à voir avec le film, mais j'ai adoré les structure en cuivre... :p -

ma note: 3/5

moun 02/06/2007 13:56

ouais je voulais aller le voir mais tu m'as convaincu de ne pas y aller c'est utile d'avoir un critique de cinéma dans la famille lol. Bisous.