Chacun son cinéma

Publié le

Bonjour à tous !

 

Aujourd’hui un article pour faire le point sur la compétition cannoise, car j’ai désormais quelques jours de retard sur l’actualité. Un résumé rapide des grands évènements, c’est maintenant et ici. Tout d’abord, revenons sur la journée de samedi qui voyait être projetés dans le cadre de la compétition officielle « No country for old men » des frères Coen et « Souffle » de Kim Ki-Duk.

thecoenbrothers.jpg

Les frères Coen ont frappé encore une fois très fort en renouant avec ce qui fait toute la spécificité de leur cinéma, les critiques ne tarissant pas d’éloges et disant que le film renvoie à « Fargo » notamment. L’alternance d’humour noir coenesque et de scènes macabres (visiblement parfois dérangeantes) fait à nouveau des merveilles. Visiblement, l’interprétation de Javier Bardem en tueur psychopathe affublé d’une coupe de cheveux à la Mireille Mathieu, a été très remarquée et le place pour le moment dans les prétendants potentiels au prix d’interprétation masculine.

kim_ki_duk.jpg

De son côté Kim Ki-Duk a été lésé. En effet, « Souffle » n’a bénéficié que d’une seule projection de presse dans une toute petite salle du Palais, et de la projection officielle sachant que la plupart des films ont deux projections de presse dont l’une dans une très grande salle, plus la projection officielle. Pourquoi cette injustice ? Le fait est que le film de Kim Ki-Duk a été accueilli tièdement par la critique qui lui reproche sa trop grande complexité (les pistes narratives n’étant pas explicités et le symbolisme parfois poussé selon les termes de certains critiques). Il en reste que Kim Ki-Duk reste un conteur inouï selon certains critiques et que le film est très représentatif de son cinéma. A-t-il des chances de se retrouver au palmarès ? A suivre…

 

Passons à présent à la journée d’hier, journée de « repos » dans la compétition, pendant laquelle était juste projeté le film « Tehilim » de Raphaël Nadjari qui a lui reçu un bon retour critique. Certains parlent déjà d’un éventuel prix du jury mais vous le savez aussi bien que moi il faut se méfier de toutes prédictions quand au palmarès final les surprises étant toujours au rendez-vous.

DVD-chacun-son-cin-ma.jpg

 

Mais hier était surtout une journée très importante durant laquelle a eu lieu la cérémonie du 60ème anniversaire du festival. A cette occasion la projection du film collectif « Chacun son cinéma » a eu lieu dans le Palais du festival. Commandé par Gilles Jacob à 35 des plus grands cinéastes du monde qui ont marqués l’histoire de Cannes, « Chacun son cinéma » est constitué de segments de 3 minutes chacun réalisé par chacun des cinéastes. Les contraintes imposées étaient les suivantes : un budget de 25 000 euros et un thème obligatoire : « La salle de cinéma ».

Cannes-binoche.jpg

A cette occasion je précise que je publierais sous peu un essai, que j’aurais moi-même rédigé et qui s’intitulera « Du plaisir de la salle ». Et qui aura pour thème la salle de cinéma, tout en la replaçant dans le contexte actuel au milieu de ses concurrents que sont désormais la télé, le DVD etc… Voilà ça c’est fait.

 

La projection officielle du film aux festivaliers s’est faite en présence des réalisateurs (à l’exception de deux d’entre eux qui n’ont pas pu faire le déplacement). Ceci nous a donc valu une montée des marches exceptionnelle où l’on a pu voir tout le gratin du cinéma mondial. Etait présent entre autres : Gérard Depardieu, Sharon Stone, Alain Delon, Faye Dunaway, Anouk Aimée, Claudia Cardinale et tant d’autres ! La liste est bien trop longue pour figurer ici. La soirée était présentée par une Juliette Binoche resplendissante.

chacun-son-cin-ma--marches.jpg

Voir tous ces cinéastes réunis ensemble pour la première fois sur la scène du palais des festivals est un évènement qui rentrera à jamais dans l’Histoire du cinéma et du festival. Un moment magique… On ne pouvait imaginer meilleur moyen de fêter les 60 ans du plus grand festival de cinéma au monde. Alors merci à Gilles Jacob pour ce moment fabuleux. Le film est selon les premiers retours des spectateurs et critiques inégal (comme tout film collectif) et certains segments ont particulièrement attirés l’attention. Le film dans son intégralité a néanmoins suscité un grand engouement.

Pour ceux qui comme moi n’ont pu le voir sur Canal + (car le film était passé en crypté) pourront se rattraper en achetant le DVD du film qui sortira le 25 mai. On y retrouvera probablement le court-métrage de David Lynch, présenté à la cérémonie d’ouverture et qui avait été rendu trop tard pour être intégré au film final. Enfin terminons cet article sur une anecdote. Lors de la conférence de presse de « Chacun son cinéma » Roman Polanski visiblement excédé par le grand nombre de questions inutiles et futiles posées aux cinéastes a quitté la salle sans avoir auparavant dit ce qu’il pensait aux journalistes en présence et c’est sur ses paroles que je terminerais cet article :

roman-polanski.jpg

 

"Moi je propose de raccourcir cette conférence. Je crois que c'est une occasion unique, vraiment rare, d'avoir une telle assemblée de metteurs en scène importants, assis, faisant face à un public de critiques... et avoir des questions tellement pauvres ! Je crains vraiment que c'est l'ordinateur qui vous a abaissés à ce niveau que vous ne vous intéressez plus à ce qui se passe au cinéma, que vous ne tapez plus parce que vous n'avez plus besoin de clavier : vous transférez une information que vous obtenez avec votre souris, sur le papier que vous allez donner à la rédaction, et c'est pour ça que vous savez si peu de nous tous. Alors franchement, allons bouffer !"

 

 

A méditer !

 

 

@ demain,

 

 

Alban

 

 

 

 

 

Publié dans Festivals

Commenter cet article